Ce fut un peu la débandade comme on dit, créer un site internet réaliser par une agence, c’est coûteux, se dépatouiller pour la communication du site, un vrai challenge et pour finir en vivre…. presque impossible les premières années.
Bref j’ai le site, les amies pour faire les photos, une page facebook, un compte instagram et c’est pas le top, ça fonctionne pas. Heureusement pour le moment ce qui marche se sont les plateforme de vente = VINTED, ETSY… elle me sauve la mise.
Et pour couronner le tout mon mode de vie deviens 100% Nomade… je devais absolument trouver des solutions pour tout lier et pouvoir en vivre un minimum… voici mon cheminement.

Comment se faire connaitre…
Vendre sur internet c’est bien mais c’est comme se retrouver dans un desert de tout et de rien…. comment se faire connaître? attirer le client afin que je puisse vendre et donc vivre de mon activitée? ce fut la grande question, je devais me démarquer des autres entreprises, créateurs, vendeurs en tout genre.
Seulement j’avais cette impression que tout avais déjà étais testé, ce qui est vite démoralisant, je vous l’accorde.

Trouver sa clientèle sur les réseaux sociaux
Pas simple, car on souhaite toucher tout le monde…. chose impossible.
Au départ ce fut les fans de vintage, mais intégrer un ou des groupes facebook sur le sujet est vite limité….soit c’est des personnes individuelles qui vendent leurs propres vêtements, soit c’est très ciblé.
Ensuite les vides dressing, non plus elles cherchent les marques à petits prix.
Puis j’ai enfin trouvé…. pour ma friperie, je peux essentiellement toucher les écolos, les consommateur alternatif, les zéro déchet et tous ce qui tourne autour de cela…

Instagram, merci 🙂
J’ai commencé à faire de petites recherches, au départ j’en parler autour de moi mais rien, ça n’intéresse pas grand monde dans mon entourage…. les vêtements d’occasion oui c’est bien mais pas pour moi….
J’ai demandé à mes amies d’être mes modèles et elles mon achetées quelques pièces (rare ceci-dit), faire des publications facebook, ok, mais comme maintenant faut payer, il y a à peine 10% des personnes aimant ta pages qui vois tes publications,.
Donc j’ai essayé instagram, j’y étais depuis le début mais j’ai décidé de faire plus de publication et plus de recherche sur les friperies… et là l’idée d’une fripeuse qui me créa le déclick…. Vendre dans des bars / restaurants / salons de thé…. Une belge qui fait cela depuis un petit moment et qui cartonne.

Rien de mieux que le contact client!
Maintenant qu’une solution est trouvé, il faut l’appliquer.
Pour cela dès que nous nous déplaçons je recherche les bars à thème, endroit où il fait bon d’aller, où les gens aime se rassembler le week end.
J’y vais pour bosser et analyser le lieux et si ça me semble faisable alors je propose un évènement au propriétaire… et vois ce qui se passe…

Avant de partir pour la vie de Nomade, j’ai fait une demande Au Bar « Le Temps Perdu », un bar à bière à Bar le Duc, qui propose pas mal d’évènements intéressants; approchant de Noël il m’a était proposé de vendre au Marché de Noël organisé. Ce fut une bonne expérience même si la communication fut un peu limite, j’ai pu faire quelques ventes, ce qui encourage et les gens aiment bien le principe de la friperie.
Ensuite nous sommes allés en direction de la Rochelle, où j’ai pu faire une vente éphémère dans un petit Bar/Restaurant de Nieul-sur-mer chez Les Barjo’s, les jeunes propriétaires fure Open pour un évènement de ce genre… J’ai fait ma propre publicité en limitant les flyers (pensont à notre planète)…. Donc pub via facebook 1 semaine avant l’évènement et partage dans les groupes qui se trouve dans le coin….
De toute les personnes intéréssé, peu sont venues mais les quelques unes ont trouvé le concept super ce qui me motive encore un peu plus….

En Bref….
Quand ont monte une société, il faut être armé de patience… faire des essais et savoir se casser la figure pour mieux remonter et recommencer dans une autre direction… jusqu’a ce que l’on trouve sa clientèle, son approche.
Il faut se donner les moyen car ça ne tombe pas du ciel.

Pour ma part je pense être sur le bon filon, tout du moins je l’espère, ensuite je pense me développer encore un peu plus en liant ma société avec d’autre pour réaliser des petits marchés basé sur le Zéro déchet…

Je pense avoir enfin trouvé ma voie dans ma façon de vivre, de consommer et de gagner ma vie. Donc si je le peux, vous le pouvez aussi.

Petit conseil : la marche en pleine nature permet de se ressourcer mais aussi d’analyser toutes nos pensées et faire un tri….